Guide de voyage gratuit pour Bali

Transports : comment circuler ?

Découvrez les différents moyens de circuler à Bali avec leurs avantages et leurs inconvénients.

Il y a de nombreux moyens de transport à Bali et votre choix dépendra sûrement de votre budget. Ci-dessous, nous aborderons chacun d’entre eux, du plus confortable au moins confortable.

Il convient d’avoir à l’esprit que les routes indonésiennes offrent des conditions de sécurité aléatoires : état variable, densité de circulation, piétons et animaux, intempéries... et par dessus tout une conduite basée sur les réflexes plutôt que sur des règles établies. Les accidents de la circulation sont donc fréquents chez les voyageurs qui décident de conduire, en ville comme en zone rurale.

La location de voiture avec chauffeur à Bali

La location de voiture avec chauffeur privé à Bali est, de loin, la formule la plus sécurisante pour circuler. Sous certaines conditions, ce moyen de transport peut même s’avérer plus économique.

JPEG - 598.2 ko
Location de voiture avec chauffeur à Bali

Vous serez très confortablement installé et vous n’aurez pas à contracter d’assurance, à rechercher l’essence, à vous adapter à la conduite parfois imprévisible des balinais… tout en allant exactement à l’endroit souhaité ! Vous pourrez ainsi profiter pleinement du paysage sans vous inquiéter de la conduite, de l’itinéraire ou de la logistique.

Il faut compter entre 45 et 60 euros la journée et plus vous êtes nombreux, plus le coût par personne diminue puisque le prix est fixé par voiture (et non par personne) dans l’immense majorité des cas. Libre à vous de prendre le temps de concevoir des itinéraires optimisés pour en voir le plus possible en une journée !

La location de voiture à Bali

La location de voiture est une bonne formule car elle permet une grande liberté.

Cependant, il ne faut pas oublier que les routes balinaises sont dangereuses, le trafic souvent intense et les balinais ont souvent une conduite imprévisible (voir plus-haut).

De plus, les assurances sont très limitées : l’assurance standard proposée avec la location comprend une franchise qui va environ de 80 à 300 €. Mais elle ne suffit pas ! Vous devez absolument exiger du loueur l’assurance responsabilité au tiers (en anglais : « third party liability »).

A noter cependant : l’assurance est toujours limitée à un montant des dommages inférieurs à 1 000 000 IDR (soit... 61,8€ !), ce qui est peu. Le reste des dégâts causés doit alors être payé par le conducteur en tort. Et cela peut coûter très cher !!

Si, malgré toutes ces informations, vous souhaitez louer une voiture :

  • emmener votre permis international. Il est obligatoire à Bali. Il s’obtient auprès de la préfecture en France avant le départ. Si vous roulez sans, vous serez passible d’une amende en cas de contrôle. La police contrôle quasi exclusivement les étrangers, car elle sait que beaucoup d’entre eux n’ont pas ce fameux papier. Les agents insistent généralement pour que l’amende soit payée sur place et ils en profitent pour la gonfler copieusement. Le seul moyen de payer le prix officiel est de vous faire accompagner au poste de police pour y régler votre contravention (avec tout ce que cela implique : laisser votre véhicule sur place, devoir y revenir, etc.).
  • vérifiez bien le véhicule ;
  • souscrivez une assurance responsabilité au tiers (indispensable !!) ;
  • louez un GPS et soyez très prudent ;
  • emportez dans votre valise une carte routière de l’île. Privilégiez une version récente et sous format papier (certaines versions électroniques ne sont pas interactives).
  • ne roulez pas de nuit ;
  • ne laissez aussi aucune affaire de valeur dans la voiture en votre absence ;
  • approvisionnez-vous en essence dans les stations-services plutôt que dans les petites boutiques au bord de la route ;
  • utilisez votre klaxon très souvent pour prévenir les autres conducteurs de votre présence (lors d’un dépassement par exemple) ;
  • et ne vous garez pas sous un cocotier !

Le taxi à Bali

Le taxi est une bonne manière de se déplacer dans le Sud de Bali où il est très facile d’en trouver un. Il faut cependant suivre certaines recommandations importantes pour éviter les mauvaises surprises.

Premièrement, nous vous conseillons de privilégier autant que possible les taxis du groupe officiel indonésien « Blue Bird ». Ils ont acquis une excellente réputation à travers toute l’Indonésie. Ils ont un compteur et sont reconnaissables à leur couleur bleue ciel, à leur petit oiseau dessiné sur le toit et à la mention « Blue Bird Group » indiquée sur le pare-brise des voitures.

Attention : de très nombreux taxis bleus imitant la compagnie « Blue Bird » circulent à Bali. Le bleu de la carrosserie est souvent légèrement différent et le logo reprend aussi le même petit oiseau mais, heureusement, la mention « Blue Bird Group » est absente sur le pare-brise.

JPEG - 368.2 ko
Taxi Blue Bird : ici, le vrai !
JPEG - 355.1 ko
Apprenez à les reconnaitre !

Il est recommandé de se renseigner sur le prix avant, même si le taxi a un compteur, pour éviter les mauvaises surprises.

La prise en charge est en général de 5 000 IDR (0,3€) ou de 30 000 IDR (1,9€) si vous le réservez par téléphone. Le prix de la course dépend évidemment de l’itinéraire, de l’heure et de la densité de circulation. Si vous le pouvez, ayez une vague idée du trajet que devrait suivre votre chauffeur en lançant une application de cartographie sur votre smartphone (Google Maps ou Here Maps par exemple). Cela dissuadera votre chauffeur de prendre d’éventuels détours !

Uber, l’alternative au taxi

Depuis 2015, il est aussi possible d’utiliser Uber à Bali pour des déplacements dans les zones très touristiques de l’île (de Nusa Dua à Ubud). Si la promesse de faire quelques économies est toujours efficace, nous vous recommandons toutefois de lire attentivement notre article car il y a plusieurs choses importantes à savoir avant de se lancer. Dans l’absolu, l’application pourra occasionnellement remplacer le taxi pour des petits déplacements en vous faisant économiser quelques roupies.

La location d’une moto ou d’un scooter à Bali

Louer une moto ou un scooter est le meilleur moyen pour aller partout, mais aussi le plus dangereux.

Les accidents de la circulation impliquent très souvent des motos et des scooters.

Par ailleurs, les vols de motos sont fréquents. Ils se produisent en général la nuit à l’hôtel. En cas de vol, le propriétaire de la moto réclame au locataire la valeur du véhicule neuf. De quoi passer de bien mauvaises vacances… Il est donc conseillé de ne pas se faire livrer la moto sur son lieu d’hébergement et de louer la moto dans un centre spécialisé.

Si, malgré toutes ces informations, vous souhaitez louer une moto ou un scooter :

  • emmenez votre permis de conduire international. Il est obligatoire à Bali. Il s’obtient auprès de la préfecture en France avant le départ. Si vous roulez sans, même à scooter, vous serez passible d’une amende en cas de contrôle. La police contrôle quasi exclusivement les étrangers, car elle sait que beaucoup d’entre eux n’ont pas ce fameux papier. Les agents insistent généralement pour que l’amende soit payée sur place et ils en profitent pour la gonfler copieusement. Le seul moyen de payer le prix officiel est de vous faire accompagner au poste de police pour y régler votre contravention (avec tout ce que cela implique : laisser votre véhicule sur place, devoir y revenir, etc.).
  • vérifiez avec attention le véhicule ;
  • choisissez bien votre casque ;
  • souscrivez une assurance (indispensable !!) ;
  • emportez dans votre valise une carte routière de l’île. Privilégiez une version récente et sous format papier (certaines versions électroniques ne sont pas interactives).
  • demandez un antivol ;
  • ne roulez pas de nuit et soyez très prudent ;
  • utilisez votre klaxon très souvent pour prévenir les autres conducteurs de votre présence (lors d’un dépassement par exemple).

La location d’un vélo à Bali

Dans tous les endroits touristiques, vous trouverez des vélos à louer à l’heure ou à la journée à un prix très correct.

Cela peut être un moyen parfait d’explorer les environs de votre hôtel sauf si la circulation est très importante, et malheureusement c’est le cas dans beaucoup d’endroits à Bali (notamment sur l’axe Kuta-Legian-Seminyak-Petitenget) !

En revanche, ce mode de transport est idéal pour visiter les alentours d’Ubud (une fois que vous serez sorti des grands axes…), Lovina et Sanur.

Avant de louer un vélo, renseignez-vous bien sur votre itinéraire et vérifiez avec attention l’état du vélo avant de partir !

Les « bemos » et les bus à Bali

Les bemos, sorte de minibus, relient en journée les villages entre eux suivant un itinéraire prédéterminé.

Disposant au maximum d’une dizaine de places assises, ils transportent souvent des denrées et parfois des animaux. Ce mode de transport a l’avantage de vous permettre d’être au contact de la population. Un bémol : il est souvent difficile de trouver les (bons) bemos ! De plus, les durées de trajet peuvent être longues et vous ne monterez pas s’il n’y a pas de places…

JPEG - 544.2 ko
Un bemo balinais stationné à Ubud
JPEG - 299.7 ko
L’intérieur d’un bemo

Les bus, plus ou moins modernes, disposent d’une trentaine ou quarantaine de places assises et appartiennent à des compagnies privées. Ils couvrent les grandes distances, notamment les axes sud-nord (Denpasar-Singaraya), nord-est/nord-ouest (Singaraya-Gilimanuk) et sud-est/nord-ouest (Padangbai-Gilimanuk via Denpasar). La compagnie PERAMA jouit plutôt d’une bonne réputation dans ce domaine.

Voir la liste des articles du guide

Trouver l'hôtel qui vous convient

Rechercher sur Booking.com

Billets d’avion au meilleur prix

Rechercher sur Skyscanner